Une église-sanctuaire au cœur de Toulouse

Sanctuaire Saint-Jérôme L'adoration perpétuelle au cœur de Toulouse

Vendredi Saint Office de la Passion 2023

Mgr Georges Pontier |  7 avril 2023

Ce récit de la Passion de Jésus est bouleversant. Qu'il soit rapporté par Matthieu, Marc, Luc ou Jean, comme à l'instant, il nous touche au plus profond de nous-même, parce que nous savons et nous croyons que Jésus de Nazareth n'était pas un homme qui se faisait passer pour fils de Dieu, comme l'accusent ceux qui le conduisent à Pilate, mais qu'il était vraiment le Fils de Dieu fait homme et cet homme-là, pour accomplir la volonté de salut du Père, comme il le proclame lui-même. Vrai Dieu, Vrai homme, comme nous le proclamons dans le credo.

Vrai homme, qui descend au plus bas, pour que tout homme puisse le reconnaître son semblable, proche de lui, même les rejetés, même les criminels, même les justes persécutés, tous et chacun, même le trahis, même les traitres, enfin tous et chacun, semblable à nous en toutes choses, à l'exception du péché,

Car il est le Vrai Dieu, en qui on ne trouve que bienveillance, bonté, pardon, miséricorde. Il arrête la violence de Pierre qui sort le glaive. Il sait que ceux qui utilisent la violence périront par la violence. Il n'est pas dominateur, Il est serviteur. Il nous apprend les mœurs en Dieu : les mœurs de l'amour, du don, de l'obéissance amoureuse : Dieu tendre, compatissant, espérant, attendant le retour de ses enfants prodigues pour les serrer dans ses bras.

Et l'évangéliste Jean nous le montre, maître de la situation : « sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, il les aima jusqu'au bout », entendions-nous hier. Et tout à l'instant Jean disait : « Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s'avança vers ceux qui venaient pour l'arrêter » « Ma vie, nul ne me la prend c'est moi qui la donne », avait-il annoncé. A Pierre il dit encore : « la coupe que m'a donnée le Père, vais-je refuser de la boire ? » Coupe remplie d'amertume : celle des souffrances aux formes multiples, aux formes inventées par la méchanceté des hommes, leurs orgueils, leurs faiblesses, leurs péchés, leurs ingratitudes. Mais coupe bue avec toute la douceur de l'amour divin qui vient déverser sa miséricorde sur les victimes du père du mensonge, du père du chacun pour soi, du diviseur, du maître de l'illusion, l'adversaire, le Satan.

« Il les aima jusqu'au bout » : Et du haut de la croix, pour que tout soit accompli, il nous laisse la nourriture pour la route. De son corps transpercé par la lance du soldat coulent le sang et l'eau, figures annonciatrices des sacrements à venir, de l'eucharistie et du baptême, nourriture de la foi et de la vie avec et en lui. Inclinant la tête, Il rendit l'Esprit, cet Esprit qui en Dieu réalise l'amour du Père et du Fils et qui l'a soutenu tout au long de sa vie terrestre. Et enfin il nous confie les uns aux autres par l'intermédiaire de Marie : « Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. Puis il dit au disciple : « voici ta mère ». » Et à partir de cette heure-là le disciple la prit chez lui. »

Il est venu, pour nous sauver ! Nous ne sommes jamais abandonnés ! « Ils regarderont vers celui qu'ils ont transpercé » et ils verront la miséricorde inépuisable du Dieu créateur, Père, Fils et Saint-Esprit se révéler tel qu'il est :  Dieu de justice et de miséricorde, Dieu d'amour et de vie, qui ne sait que donner et se donner tel qu'il est de toute éternité : tendre et miséricordieux.

L’Église a besoin de vous…

Les Prêtres

Père Michel Pagès

Le Père Michel Pagès tient une permanence d'accueil dans l'église, le mercredi et le samedi de 15h 00 à 18h 00

Tél. : 05 34 33 70 19

Courriel : pagesmichel31@gmail.com

Tout afficher

Agenda

Aucun événement n'a été trouvé