Eglise Saint-Jérôme L'Adoration Perpétuelle à Toulouse

Homélie du 31 01 2021 par Arnaud de Percin Diacre

Père Lizier de Bardies |  6 février 2021

Chers sœurs et frères,

« Voici un enseignement nouveau, donné avec autorité » dit la foule qui a été témoin de la force de la Parole du Christ.

La Parole de Jésus a libéré un homme d'un esprit impur. Le Christ a fait un exorcisme. Situé au tout début de l'évangile de saint Marc, cette libération faite par Jésus, nous dit combien le Seigneur souhaite une humanité libérée. Libérée de tout ce qui l'aliène, de tout ce pour quoi l'humanité n'est pas faite pour, selon le projet de Dieu.

Jésus rend à l'humanité sa dignité. L'homme de l'évangile, sauvé par Jésus, est à nouveau pleinement en possession de lui-même. Il a un cœur et un esprit libres. Libres pour vivre, agir et aimer en homme responsable.

La liberté est la condition fondamentale de l'amour. Elle rend l'être humain pleinement responsable. Elle lui donne de se réaliser en tant que personne et lui donne de conduire sa vie avec le Seigneur. Finalement, Jésus rend l'homme de l'évangile à la vie. Jésus fait de cet homme un vivant.

« La gloire de Dieu, c'est l'homme vivant » écrivait saint Irénée au 2ème siècle :

  • Vivant, c'est-à-dire non pas étouffé par des éléments qui l'entravent en aliénant sa dignité humaine et sa vocation d'enfant de Dieu
  • Vivant, c'est-à-dire qui accepte de vivre d'une manière responsable, en tant qu'enfant de lumière qui construit sa vie avec le Seigneur.

Une des réalités courantes qui entrave la liberté et la dignité de l'humanité est cet étonnant consentement, plus ou moins volontaire, de l'être humain au mystère du péché. Chaque fois qu'une liberté humaine dit « non » à Dieu, c'est un « mal » que l'être humain fait. Jésus vient nous en libérer.

L'homme de notre évangile, guéri et libéré de « l'esprit impur », illustre aussi l'humanité pardonnée et rétablie dans sa vocation d'enfant de Dieu.

La puissance de la Parole du Christ agit encore aujourd'hui. Sa parole est vivante. Elle est efficace. Où agit-elle avec la même force libératrice que jadis pour cet homme de l'évangile ? Dans les sacrements que Jésus nous a laissés.

L'aspect de guérison et de libération de liens aliénant la dignité des enfants de Dieu est spécialement présent dans le sacrement du Pardon. Là, d'une manière particulière, la puissance du Christ agit dans le cœur de l'être humain. Là, la puissance du Christ libère le cœur humain pour le rétablir dans sa pleine dignité de personne humaine et d'enfant de Dieu. Là, le Christ ne garde, de celles et ceux qui reçoivent le Pardon sacramentel, que le meilleur et le plus beau d'eux.

Dans la célébration de ce sacrement, comme dans tout sacrement, c'est bien Lui, le Christ, qui parle et agit, par son Amour et sa miséricorde.

Par la sainte Communion, Jésus se fait proche de chacun. Il se fait nourriture, pour que cette libération faite au cœur de la personne humaine perdure dans le temps et reste bien vivante.

Dans les sacrements, en général, notre humanité, chacun de nous, touchons et participons déjà à l'état de grâce où « l'esprit impur » et ses conséquences n'ont plus de prise. Par les sacrements, toute la beauté voulue par le Créateur est déjà donnée à l'humanité et à chacun de nous. Dans ses sacrements, le Christ agit, il nous parle, nous sauve et nous garde dans sa grâce.

Dans la mesure de nos possibilités, profitons souvent de cette grâce. Le Christ nous y attend. Il sera toujours fidèle à cette rencontre au plus profond et au plus secret du cœur des siens, de chacun de nous. Dans les sacrements, on trouve l'espérance et la paix, car c'est toujours le Seigneur vivant et agissant qu'on reçoit.

Au cours de cette semaine, prenons le temps de le laisser venir, de considérer ce temps ordinaire qui s'offre pour que nous avancions dans la connaissance du Seigneur… Demandons Lui d'aller pas à pas vers Lui, avec toute notre humanité.

Partons à sa rencontre, il nous attend.

Alors en route, et bonne journée à chacun.

Amen