Eglise Saint-Jérôme L'Adoration Perpétuelle à Toulouse

un nouveau missel

Père Lizier de Bardies |  20 novembre 2021

Dimanche 28 novembre 2021, premier dimanche de l'Avent, pour la nouvelle année liturgique, un nouveau missel entrera en vigueur. Ce sera également le cas dans tous les pays francophones puisqu'après de nombreuses années de travail, une nouvelle traduction du Missel Romain a été publiée

Concrètement, cela signifie que nous entendrons et prononcerons de nouvelles paroles à la Messe. Plusieurs événements ont fait que le mystère de l'Eucharistie a été durement éprouvé, notamment à cause des confinements et de la pandémie du Covid…
À l'heure où l'Église cherche avec le synode à grandir en unité, au cœur d'une actualité difficile, la nouvelle traduction du Missel Romain peut nous aider à repartir de la source pour trouver le chemin vers une plus grande communion avec Dieu et entre nous. Le Missel Romain est pour toute l'Église catholique romaine, comme son nom l'indique, afin que les ministres, laïcs et consacrés puissent célébrer ensemble le mystère de l'Eucharistie.

Nous y trouvons par exemple l'ordinaire de la Messe, le fil conducteur de nos célébrations eucharistiques, avec les parties dialoguées entre le président et l'assemblée, mais aussi les prières d'ouverture dites collectes, les préfaces et les prières eucharistiques. Il y a aussi une partie pour les temps liturgiques comme l'Avent, le Carême et Pâques mais aussi une partie pour célébrer la Messe à la mémoire des saints.  Les modifications que l'Église apporte, notamment lors de grands événements comme les Conciles, ne touchent jamais le fond mais la forme de sa prière. Elles sont toujours au service d'un approfondissement du mystère révélé, célébré et vécu.
À l'image d'un textile, le texte est tissé à partir de plusieurs fils. Les plus importants sont tirés de la Bible mais aussi des saints et de ce qu'on appelle la Tradition vivante, avec une plus grande redécouverte des textes des Pères de l'Église et des premiers chrétiens.
. C'est donc la traduction en français de la version latine de 2002 que l'Église rend public en ce mois de novembre 2021       – Pourquoi une nouvelle traduction ?Si l'Église prend toujours beaucoup de temps et de soin pour traduire, c'est pour ne pas trahir le message qu'elle porte mais pour y rester fidèle. Fidèle au texte original latin commun à toute l'Église universelle mais aussi fidèle à la langue dans laquelle elle le traduit et surtout fidèle à l'intelligence des rites eux-mêmes. Comme à la Pentecôte, il s'agit d'une œuvre de coopération avec l'Esprit Saint afin que chacun entende dans sa langue « les merveilles de Dieu » (Ac 2, 11). En l'occurrence, il a fallu 19 ans de travail mené par l'association épiscopale liturgique pour les pays francophones en lien avec Rome.