Eglise Saint-Jérôme L'Adoration Perpétuelle à Toulouse

Dimanche de la santé le 9 février

Père Lizier de Bardies |  4 février 2020

Depuis 1992, à la demande du pape Jean-Paul II, l'Église catholique célèbre tous les 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes, la Journée Mondiale du Malade.  Lors du Jubilé de 2000, des diocèses du Nord de la France ont créé le Dimanche de la santé qui est désormais promu par la Conférence des Évêques de France.  Chaque paroisse, chaque secteur pastoral, chaque ensemble pastoral invente sa manière originale de célébrer le Dimanche de la Santé.  Cette année, il aura lieu le dimanche 9 février 2020 sur le thème « Ta nuit sera lumière »

Au cœur de nos rencontres avec des personnes dans la solitude de l'âge, du handicap et de la maladie, nous sommes témoins qu'une présence silencieuse est précieuse. Car la lumière dans nos mains est déjà là au profond de la nuit.

. Chers frères et sœurs malades, la maladie vous place d'une façon toute particulière parmi ceux qui sont «fatigués et opprimés », ceux qui attirent le regard et le cœur de Jésus. C'est de là que vient la lumière pour vos moments d'obscurité, l'espérance pour votre réconfort. Il vous invite à aller à lui : « Venez ». En lui, en effet, les inquiétudes et les interrogations qui surgissent en vous, dans cette “ nuit ” du corps et de l'esprit, trouveront de la force pour être traversées.
Certes, le Christ ne nous a pas donné de recettes, mais, par sa passion, sa mort et sa résurrection, Il nous libère de l'oppression du mal. Dans votre condition, vous avez certainement besoin d'un lieu pour vous réconforter. L'Église veut être toujours davantage et toujours mieux l'“ auberge ” du bon Samaritain qu'est le Christ (cf. Lc 10, 34), à savoir la maison où vous pouvez trouver sa grâce, qui s'exprime par la familiarité, l'accueil, le soulagement. Dans cette maison, vous pourrez rencontrer des personnes qui, guéries par la miséricorde de Dieu dans leur fragilité,
sauront vous aider à porter la croix en faisant de leurs propres blessures des ouvertures par lesquelles regarder l'horizon au-delà de la maladie et recevoir la lumière et l'air pour votre vie. C'est dans cette œuvre de réconfort envers les  frères malades que se situe le service du personnel de santé, médecin, infirmiers, agents sanitaires et administratifs, aides-soignants et volontaires qui, par leur compétence, agissent en faisant sentir la présence du Christ, qui offre sa consolation et se charge de la personne malade en soignant ses blessures. Mais, eux aussi, sont des hommes et des femmes, avec leurs fragilités et leurs maladies. Pour eux, en particulier, s'applique ce propos selon lequel « une fois que nous avons reçu le repos et le réconfort du Christ, nous sommes appelés à notre tour à devenir repos et réconfort pour nos frères, avec une attitude douce et humble, à l'imitation du Maître »
(Angélus, 6 juillet 2014).